Robert Crang
«La notation musicale de la danse : L'écriture Pierre Conté»

Communication à la Conférence Mondiale sur la Danse à Larissa GRÈCE, 6-10 Juillet 1988.

                

– I – Remarque préliminaire à l'usage du lecteur de ce site  ajoutée en 2011.

    

Pour voir des exemples afin de comprendre cette notation, vous pouvez à tout moment, sur la colonne de gauche du site, cliquer sur:

-       C.1. Branle double renaissance pour la description, la « tabulature » et la notation de cette danse facile.

-       Cliquer, colonne de gauche du site, sur :   Vidéo Branles Renaissance     et voir le premier extrait de ce clip vidéo qui est le branle double.

-        

-       Cliquer, colonne de gauche du site, sur : C7 Farandole: Ça ira    et lire la notation des pas (sautillé, galop, etc) de la danse de rue (de la Famille des FARANDOLES) dansée, à l’époque et par la suite, sur l’air de la chanson de la Révolution française: «Ah, ça ira .

-        

-       Cliquer, colonne de gauche du site, sur : 3.10 Hasapikos  (La danse qui a inspiré à Théodorakis la musique et les pas du Syrtaki dans le film Zorba le grec). Lire la première suite (de pas) appelée «Aplo» et une seconde suite de pas (il existe de nombreuses suites de pas selon les régions de Grèce et l'invention des danseurs).

 

 - II- TECHNIQUE de la NOTATION CONTÉ de la DANSE.

                                      

 

     . Résumé des notions abordées  : notation du rythme, la portée chorégraphique et musicale (la partition), notation de l'espace, des changements de directions, de l'intensité, de l'amplitude, de l'accentuation, de l'orientation. Une bibliographie sera indiquée.

 

1 -. Les trois facteurs communs à la danse et à la musique

 

Pour chaque acte corporel de la danse Pierre Conté montre que quatre facteurs sont susceptibles d'être en jeu :

                  -L 'espace (qui est occupé par une position ou un mouvement)

                   -Le temps (qui est utilisé par une position ou par le rythme d’un mouvement)

                   -L 'intensité (la force d'un mouvement)

                   -L 'accentuation (la variation subtile de la force)

 

Si nous mettons les facteurs de la danse et de la musique sur les deux listes suivantes:        

    «facteurs de la danse»                             «facteurs de la musique»

 

            temps (durée)                                         temps (durée)

            intensité                                                   intensité

            accentuation                                             accentuation

 

            espace                                                     son (hauteur)

  

Nous voyons que trois facteurs sur quatre sont communs (durée, intensité et accentuation).

La conclusion est que nous pouvons écrire ces trois facteurs de la danse de la même manière que celle qui est utilisée en musique.

En d'autres termes: les rythmes des mouvements des différentes parties du corps lors d'une danse (les mélodies kinétiques des membres) peuvent être écrits avec les mêmes signes que le rythme d'une chanson ou d'une musique (ronde, blanche, noire, croche, etc. .. )

 

2 – La portée chorégraphique (la partition)

       Le son est spécifique à la musique et l'espace est spécifique à la danse, mais Conté a choisi une portée chorégraphique très proche d'une portée musicale, où les actions (position ou mouvement) des membres du corps sont écrites comme vous pouvez le voir dans le dessin plus bas : - PICTURE 1 (IMAGE 1)   figure I -

 

La partition comprend une portée chorégraphique de neuf lignes disposées selon le dessin : - PICTURE 1 figure II –

 

avec la possibilité d'ajouter en dessous un segment de ligne supplémentaire pour noter un appui sur la tête (en cas d'appui sur le tronc, on le note dans cet interligne ainsi crée sous la portée).

Enfin, deux lignes en pointillés peuvent être ajoutées facultativement :

-       Une ligne, au-dessus de la portée chorégraphique, pour écrire l'expression (comme dans la musique)

-       Une ligne, au-dessous de la portée chorégraphique, pour indiquer l'orientation des danseurs au départ de la danse, le «face à» exprimé par un angle en degrés entre l’axe de la personne (son «face à») qui commence à danser et un point «cardinal» arbitraire, mais nécessairement choisi comme une axe de 0 ° .

     Une partition peut mentionner un point «cardinal» particulier (une fontaine, où un feu de joie, par exemple, pour une danse folklorique).

     Une partition, sans mention de cette sorte, signifie que le point «cardinal», le 0, est le public.

 Par exemple, sur le dessin – PICTURE 1 (IMAGE 1) figure II -,

(90 °) au début de la ligne pointillée du bas, signifie que sur la scène, le danseur commence à danser face à la gauche du grand public (en France on dit « face au » côté jardin de la scène)

Pour explication complète de «face à», voir chapitre 12 et dessin : - PICTURE 6 chiffre XIII –

 

Le plus souvent (quand la danse se produit avec une musique) la portée chorégraphique est surmontée d’ une portée musicale ce qui permet de voir très précisément (verticalement) la relation musique-danse.

 

 

           Précisions à vérifier sur picture I (image I) figure 1 :

L'inscription et la lecture des segments jambes ont leur place dans les 4 petits interlignes du bas de la portée chorégraphique de la manière suivante :

- le premier interligne (le plus bas) reçoit les grosses notes rondes des appuis de la jambe gauche. (interligne correspondant à la note fa sur une portée en clé de sol)

- le deuxième interligne reçoit les grosses notes rondes des appuis de la jambe droite.(interligne correspondant à la note la sur une portée en clé de sol )

- le troisième interligne reçoit les petites notes de la jambe libre gauche.

- le quatrième interligne reçoit les petites notes de la jambe libre droite.

 

Inscription  et lecture des appuis des segments mains, tête et tronc.

- la première ligne (la plus basse) reçoit les grosses notes des appuis de la main gauche. (Ligne correspondant à la note mi sur une portée en clé de sol)

- la deuxième ligne reçoit les grosses notes des appuis de la main droite. (Ligne correspondant à la note sol sur une portée en clé de sol)

- la première ligne supplémentaire au bas de la portée reçoit la grosse note de l'appui de la tête. (Ligne supplémentaire correspondant à la note do sur une portée en clé de sol)

- l'interligne entre l'appui de la main gauche et l'appui de la tête reçoit la grosse note de l'appui du tronc. (Interligne correspondant à la note ré sous une portée en clé de sol)

 

à suivre
à suivre