BRANLE DOUBLE  de la Renaissance (ou Branle commun )

         Par Robert Crang,, Enseignant Section Danse, Université Nice, 1983-92. (les « citations » de Toinot Arbeau sont laissées en savoureux vieux français)

 

1- Caractéristiques :

- Danse de fête au village et au château (XVl° siècle),

- Chiffrage mesure : peut s' écrire en quatre quatre.

- Tempo: "On a toujours eftimé que le plus gravement & pefamment que l’on peut dancer les branles doubles, c'est le meilleur"[i]

(Cette indication "gravement & pesfamment" correspond à un tempo ' andante ' pour le début des danses où tout le monde participe - y compris les " anciens" les plus ages - probablement le tempo devait s'accélérer vers la fin de la danse, et certains branles doubles pouvaient être joués plus vite jusqu’à l’Allegro)

 En résumé on choisit le tempo "andante" voire  plus vite

 (Métronome  Maëlzel =MM 60<noire<I08)

 

2- Technique

"...Les branles fe dansent de coufté, & non pas en marchant en avant : En premier lieu, quand au branle, appelé branle double, vous y marcherez vn double du coufté gaulche, puis un double du coufté droit, vous fçavez bien qu'vn double confifte de trois pas & un pied joinct:

Pour faire lefquesl de coufté, vous qui ferez en contenance décente, (aprez la reverence falutatoire) tenant ferme &  pofé le pied droit, getterez a coufté le pied gaulche, qui fera un pied largy pour la premiere mefure: Puis pour la feconde mefure (tenant ferme &

pofé le pied gaulche) approcherez le pied droit du gaulche, qui fera un pied largy quafi joinct :Pour la troifieme mefure( tenant ferme & pofé le pied droit) getterez à coufté le pied gaulche, qui fera un pied

largy. Et pour la quatrieme mefure (tenant ferme le pied gaulche) approcherez le pied droit prés du dit gaulche, qui fera pied joinct. Ces quatre pas faicts en quatre mefures ou battements de tambourin, nous les appellerons double à gauche, autant en ferez vous du coufté droit, en faifant le revers du double précédant.(...) Et ainfi en ces huict pas & mesures, fera accôply le branle double (...) et le repeterez comme au commencement faifant un double à gaulche puis vn double à droit."[ii]

Pour que les danseurs ne reviennent au point de départ voici les précisions indiquées :  "Pour obvier à cela, ils font le double à droit plus reftrainct & ainsi gaignent toufiours avantage à la gauche."(opus cité , feuillet 70) 

Les danses collectives en chaine fermée (rondes) ou ouvertes, en arc de cercle décrites par Arbeau à la Renaissance se déplacent vers ,la gauche.

Sur la partition musicale et chorégraphique , le 1° système indique la phrase mélodique et le pas de base tandis que le 2° système indique la reprise de la phrase mélodique et l'exécution d'un pas "découpé" ou variante qui dans ce cas s'appelait un"fleuret" .

Thoinot Arbeau signale deux autres variantes  tirées de la Basse-Danse : "...en lieu dudit double à droict, ils font une reprise ou un branle."(Opus cité, feuillet 70

 

3-Conditions historiques et sociales

Danse qui ouvre le bal à l’époque.

"Les joueurs d’inftruments font tous accouftumez à commencer les dances en un feftin par un branle double qu'ils appellent le branle

commun"[iii]

Danse qui permet un improvisation personnelle.

"... en lieu dudit double à droite, ils font une reprise ou un branle (...)les jeunes hommes qui

ont une grande agilité y font des découpements à leur plaifir"[iv]

( Cette dernière citation montre que ce branle de base

permet dans sa structure soit une symétrie fondamentale soit une dissymétrie crée par l'improvisation du danseur)

Le couple qui mène le branle est :

-soit le meilleur en danse

 "car il ne se trouve point d’aultre qui avec fa damoifelle veuille présumer d’aller le premier"[v]

-soit "

c' est un Seigneur de réputation, & fur lequel on ne veut pas entreprendre"

 

4- Formes musicales et chorégraphiques :

 

     Forme temporelle :

         -"Suite" de début de bal : Branle double, branle simple, branle gay.

         - Danse seule  - musique : A,A,B,B

                              - danse :  a,a' (improvisations sur a')

     Formes spatiales :

          - Couples en ronde - "dance ronde"[vi]

          - ou en chaîne ouverte, face au centre, main à main (bras en 02).

 

5- Compositions et Filiations (non exhaustives)

   Musicales :

     -Publications d' Attaingnant (1550-1557)

     -Publications d' Estrée (1559- 1564)

 

   Chorégraphique :

      -Guilcher, Jean-Michel, souligne que l'  «Endro » breton est issu du Branle double. (Se référer à son ouvrage, que je crois être la vulgarisation de sa thèse d' état et que je cite en bibliographie : la tradition populaire de danse en basse Bretagne. 

     -Par ailleurs, je pense que le Branlo bach béarnais est également issu de ce Branle double décrit par Thoinot Arbeau (anagramme du nom de l'auteur, Jean Tabourot, qui était chanoine à Langres). En effet la chaîne du Branlo bach se déplace circulairement dans le sens de la montre ou sens dextrogyre comme tous les branles médiévaux ou renaissants et danseurs et danseuses commencent du même pied.

 Cela n'est pas le cas pour les autres danses communes aux béarnais et aux basques dont le déplacement circulaire est sinistrogyre, sens contraire de la montre (voir par exemple, Mariana béarnaise et Sorgina basque)

 D'autre part le rythme des appuis est le même en Branle double et en Branle bach.

Ce qui diffère est secondaire :

   - d'une part, la position des bras est différente.

     - d'autre part, le fait que les hommes changent d'orientation sur la chaîne tandis que les femmes qui les tiennent par la main continuent à danser en avançant.



[i] Thoinot, Arbeau, ORCHESOGRAPHIE, Lengres, Jehan des preysz, XDLXXXIX, (Langres,1589), feuillet 71.

[ii] idem, f 69.

[iii] idem, f 69.

[iv] idem, f 71

[v] idem , f 70

[vi] idem, f 70.

 

 

 

  

 



 

"tabulature" et icone de l'Orchésographie 1588 (feuillet 70)
"tabulature" et icone de l'Orchésographie 1588 (feuillet 70)
cliquer sur "Notation" puis "déchiffrer ..." dans colonne de gauche
cliquer sur "Notation" puis "déchiffrer ..." dans colonne de gauche